Bienvenue à la Pharmacie des Musées
Connexion

Nos actualités santé

L’acide hyaluronique, un anti-âge incontournable

S’il est un produit qui est dans la bouche de toute personne adepte de médecine esthétique, l’acide hyaluronique en est certainement un ! Et pour cause ! Ses bienfaits sont plébiscités, aussi bien sur le marché grand public que par les médecins eux-mêmes. Il est présent dans quasiment tous les produits de soin pour la peau. On le propose également en injection pour lui donner un coup de jeune ou pour corriger des petits défauts. Gommer les traces du temps grâce à l’acide hyaluronique L’acide hyaluronique est un élément naturel présent dans plusieurs organes de notre corps. Au niveau de la peau, il est présent au niveau du derme en grande quantité, mais aussi au niveau de l’épiderme, mais en moins grande quantité. C’est un élément qui a une grande capacité de retenir l’eau, jusqu’à 1000 fois son poids, grâce à un effet éponge. Et c’est ainsi que l’acide hyaluronique comble les espaces intercellulaires. Il est considéré comme le ciment de la peau pour lui assurer hydratation, fermeté, tonicité et volume. Mais l’acide hyaluronique permet aussi de réguler la production de sébum. Voilà pourquoi, il est considéré comme un élément incontournable pour lutter contre les effets du temps sur la peau, sachant qu’une peau bien hydratée vieillit moins vite.

Lire
Acide hyaluronique
Anti-âge

Conseils et astuces à destination des femmes enceintes pour éviter la constipation

Les troubles du transit, notamment la constipation, font partie des petits maux de la grossesse. Ponctuelle ou récidivante, elle peut devenir incommodante en raison des gênes qu’elle occasionne. Elle survient habituellement les derniers mois de la grossesse, mais peut s’installer plus tôt chez certaines femmes. Apporter des changements dans l’hygiène de vie et alimentaire aide à en venir à bout. Le mécanisme de la constipation pendant la grossesse Reconnaître une constipation

Lire
Grossesse
Constipation

La migraine, un vrai casse-tête

Considérée à tort comme une maladie féminine, la migraine concerne environ 12% de la population française, tout âge confondu. Ce n’est pas un mal de tête comme les autres, car il peut être handicapant. La migraine présente des caractéristiques habituellement reconnaissables par les personnes qui en souffrent. Elle nécessite une prise en charge adaptée pour éviter un abus médicamenteux. La migraine, une céphalée au caractère bien trempé ! Un mal de crâne, vous en avez certainement déjà souffert, et plus d’une fois. Mais la douleur de la migraine n’a rien à voir avec d’autres céphalées. Comme elles, la migraine survient et disparaît généralement après une prise médicamenteuse. La différence ? Ce sont ses caractéristiques. D’abord, elle est pulsatile : la sensation qu’on a un second cœur qui bat d’un côté du crâne, habituellement au niveau de la tempe ou au-dessus de l’œil. C’est donc une céphalée unilatérale et le siège de la douleur peut changer de côté d’une crise à une autre. Son intensité varie selon les personnes et est exacerbée par les mouvements. La personne ne supporte ni le bruit (phonophobie) ni la lumière (photophobie). Le tout peut s’accompagner de nausées, voire de vomissements.

Lire
Migraine

Soulager les nausées et les vomissements pendant la grossesse

Vous venez de faire un test de grossesse et il est positif. Quelques temps après, vous regrettez l’euphorie que cette nouvelle a procurée puisque vous commencez à présenter les premiers signes de la grossesse. Des nausées, voire des vomissements, inhérents à cet heureux évènement vous incommodent. Des conseils pour les soulager. Pourquoi a-t-on des nausées et des vomissements pendant la grossesse ? À ce jour, le mécanisme exact qui déclenche les nausées et les vomissements pendant la grossesse reste méconnu. On s’accorde, en revanche, à dire qu’ils sont le fait des modifications hormonales. L’hormone de grossesse, la HCG ou hormone chorionique gonadotrophique et produite en grande quantité par le placenta durant le premier trimestre, agit sur le système nerveux sympathique. Comme ce dernier commande les organes abdominaux, dont le tube digestif, certaines femmes y sont plus sensibles. Elles présenteront des troubles gastriques, dont les nausées et les vomissements, alors que d’autres seront épargnées. L’augmentation de la production de la progestérone est aussi mise en cause dans la survenue de ces troubles. On évoque également le facteur émotionnel, le stress, la fatigue, l’anxiété…

Lire
Grossesse

Cette année, je tiens mes résolutions !

C’est bien connu : pour chaque nouvelle année, nous sommes nombreux.ses à prendre des résolutions avec toute la bonne volonté du monde à les tenir. Mais force est de constater que le premier trimestre n’est pas encore terminé que la majorité d’entre nous les a déjà oubliées. Et nous culpabilisons facilement, sans pour autant faire preuve de volonté de les réaliser. Mais alors, comment faire pour les tenir ces bonnes résolutions ? Les résolutions, c’est que du bon pour soi-même ! C’est un rituel quasi universel que de prendre des résolutions le jour de l’an. En effet, c’est un moment propice pour se lancer dans de nouveaux projets ou défis. Car le 1er janvier représente le renouveau, et la motivation pour faire mieux, ou changer certaines habitudes, est souvent à son summum. Prendre des résolutions est très personnel, car cela fait appel à notre détermination. En effet, nous décidons de certaines actions non pour les autres ni dans l’espoir d’une reconnaissance en provenance de notre entourage. Nous le faisons pour nous-mêmes, pour notre bien-être mental, physique ou intellectuel. Autrement dit, nous nous faisons des promesses à nous-mêmes. Et c’est en cela que prendre des résolutions peut nous aider à devenir une meilleure version de nous-mêmes ou à améliorer notre vie. Au final, prendre des résolutions, c’est tout simplement se fixer des objectifs dans divers domaines de notre vie.

Lire
Résolutions

6 astuces pour continuer à faire du sport pendant les fêtes de fin d’année

Les fêtes de fin d’année arrivent à grands pas et on n’a qu’une envie : se faire plaisir. On se dit qu’on peut se permettre quelques excès et même laisser momentanément aux oubliettes certaines règles de bonne hygiène de vie. Après tout, ce n’est que pour quelques jours où l’on s’autorise à vraiment nous relâcher pour nous consacrer aux préparatifs des festivités. Et c’est ainsi qu’on en arrive à délaisser nos séances de sport. Mais pour ne pas avoir à le regretter, voici nos conseils pour maintenir le cap. Fêtes de fin d’année, un mélange de joie et de stress Bien que cette période de l’année soit synonyme de joie, c’est aussi une période où vous pouvez voir votre stress augmenter. Entre votre activité professionnelle qui peut être prenante, les courses pour préparer les repas et trouver les cadeaux pour vos proches, le budget à tenir, le froid, la grisaille, le cumul de fatigue et une baisse de motivation qui va souvent de pair avec la fin de l’année… C’est autant d’éléments qui au final représentent des facteurs de stress. Mais comme les fêtes sont supposées rimer avec relâchement, c’est ainsi qu’en cette période de fin d’année, ce sont les séances de sport qui bien souvent vont passer à la trappe en premier dans notre agenda. Il n’est pourtant plus besoin de vous démontrer les bienfaits de la pratique d’une activité physique régulière et sur votre santé physique et sur votre équilibre mental.

Lire
Sport
Fêtes

Ostéoporose, quand les os se fragilisent

L’ostéoporose est une maladie du squelette qui affecte plus les femmes que les hommes, notamment celles de plus de 50 ans. Sa prévalence augmente avec l’âge. C’est aussi l’une des causes les plus fréquentes de fractures, même pour des traumatismes minimes. Heureusement, il existe des moyens de prévention. Comprendre l’ostéoporose Cette maladie squelettique est caractérisée par la raréfaction du tissu osseux. Cette dernière résulte d’un déséquilibre du remodelage osseux : le renouvellement du tissu osseux baisse alors que sa destruction augmente. La conséquence est l’amincissement de la trame osseuse qui fait que l’os se fragilise. Autrement dit, la quantité et la qualité de l’os diminuent et ils peuvent se fracturer facilement.

Lire
Ostéoporose

Que faire si mon enfant a une otite ?

La période hivernale apporte toujours avec elle son lot de petits maux tel que le rhume. Et c’est habituellement au cours d’un épisode de rhume que les enfants développent une otite, une infection de l’oreille. Si cette dernière n’est pas contagieuse, la maladie virale qui l’a causée peut l'être. D’ailleurs, la plupart des otites à ces âges sont causées par des virus. Bien que bénignes, ces infections nécessitent un traitement adapté. L’otite chez l’enfant, ce qui la provoque Les otites au cours d’un épisode de rhume ou de rhinopharyngite sont courantes chez les enfants de 6 mois à 3 ans, et ce, pour plusieurs raisons. D’abord à cause de leur anatomie : leurs trompes d’Eustache, le canal reliant l’oreille moyenne à l’arrière de la gorge, sont plus courtes. Et l’inflammation de la gorge favorise la migration des germes vers les trompes.

Lire
Otite

La propolis, un produit de la ruche qui nous veut du bien

La propolis est une résine produite par certaines plantes pour les protéger des agressions extérieures. C’est cette matière que les abeilles transportent et transforment par la suite pour protéger leur niche et l’assainir. D’ailleurs, le terme propolis signifie littéralement rempart. Connue et utilisée par l’Homme depuis l’Antiquité, la propolis n’a trouvé sa place dans notre société comme produit de santé et de bien-être que récemment. Que renferme la propolis ? Une fois butinées et ramenées à la ruche, les différentes résines sont transformées par les abeilles. En effet, les abeilles les mastiquent et les mélangent à leurs sécrétions, dont la salive et la cire. Et c’est ainsi qu’est formé ce produit de la ruche qu’est la propolis. La couleur de la propolis brute varie en fonction de la souche de résine depuis laquelle elle est fabriquée. Ainsi, elle varie du vert au brun et au rougeâtre. La résine provient habituellement de l'épicéa, du pin et du sapin. Mais elle peut aussi provenir de bourgeons de peupliers, hêtres, saules, frênes, aulnes, bouleaux et marronniers d'Inde. Une ruche ne produit que 100 à 300 grammes de propolis par an en moyenne. D’une façon générale, la propolis renferme plus de 400 substances. De nos jours, 180 d’entre elles ont été identifiées. Parmi elles, celles qui ont de l’intérêt pour la santé sont :

Lire
Propolis

Oups ! J’ai des fuites urinaires !

Comme tout trouble qui touche à l’intimité, les fuites urinaires, ou incontinence urinaire, restent un sujet tabou. À ce titre, les personnes qui en sont victimes ont du mal à en parler, même auprès de leur médecin, et ont tendance à s’isoler. Ce trouble touche plus de femmes que d’hommes et peut être passager, comme il peut aussi s’installer dans le temps. Heureusement, des solutions adaptées à chaque type de fuite existent. Les fuites urinaires, des incidents gênants Qui dit fuite urinaire, dit émission accidentelle d’urine qui survient sans en avoir ressenti le besoin. Elle est involontaire et arrive en dehors des mictions. Comme tout accident, elle échappe au contrôle et peut survenir à tout moment. Toutefois, toutes les fuites n’ont pas les mêmes causes et on distingue alors plusieurs types :

Lire
Incontinence
Fuites urinaires

Bien s’informer sur le diabète de type 2 pour mieux le prévenir

Maladie métabolique chronique, le diabète touche environ 8% de la population mondiale adulte et 5% de la population française. La prévalence du diabète ne cesse d’augmenter, ainsi que le taux de mortalité lié à ses complications. Heureusement, un dépistage précoce, un traitement et un suivi médical adaptés permettent de les réduire, quel que soit le type de diabète. Comprendre le diabète Le diabète est une élévation chronique du taux de glucose – hyperglycémie - dans le sang, liée à un trouble de l’assimilation ou d’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation. Il est avéré si la glycémie à jeun, lors de deux dosages successifs, est égale ou supérieure à 1,26 g/L ou 7 mmol/L de sang. Ou si ce taux est égal à 2 g/L à tout moment de la journée. Ce trouble est dû à l’absence ou l’insuffisance de production d’insuline par le pancréas (diabète de type 1 ou T1), ou à l’incapacité de l’organisme à l’utiliser (diabète de type 2 ou T2).

Lire
Diabète

Probiotiques et prébiotiques : quelle différence ?

Depuis quelque temps, les probiotiques ont le vent en poupe. On les propose comme solution ou en prévention à certaines maladies chroniques ou inconforts passagers. Ils sont disponibles sous forme de compléments alimentaires, en vente libre, mais aussi comme des médicaments obtenus sur prescription médicale. S’ils ont des intérêts certains pour la santé, leur consommation n’est toutefois pas sans risque, comme tout produit actif. Qu'est-ce que les probiotiques ? Et les prébiotiques ? Les probiotiques sont des micro-organismes vivants constitués de bactéries et de levures. Une fois ingérés, ils permettent d’améliorer ou de reconstituer la flore intestinale, appelée microbiote. Ils sont ainsi appelés lorsqu’ils sont produits de façon industrielle. En effet, les souches à partir desquelles ils sont fabriqués sont habituellement étrangères à notre organisme. Il s’agit principalement de bifidobactéries, lactobacilles, lactocoques, etc. pour les bactéries, et de saccharomyces pour les levures. Ces germes sont normalement non pathogènes pour la personne qui en consomme.

Lire
Digestion